Welcome! > About Us > Article Archive >
.

On est venu dans le monde tout bonnement et après on doit s’en aller tout bonnement "              (Limoné A. Joseph.)

J’aurais beaucoup parlé si j’étais un poète. Je parlerais davantage, comme un rossignol qui ne cesse de chanter, se dandinant sur une branche de corossol, des mots qui existaient  même avant que notre humble frère Lebien Duvra fût né. Il a pris naissance le 30 Août 1923 dans la 2ème Section du Môle Saint-Nicolas, il grandit à Marre-Rouge.

 Il se maria à l’âge de 25 ans contre la charmante et ravissante Célimène Saint-Cloux. De cette union naquirent 10 enfants dont 4 filles et 6 garçons qui se multiplièrent, selon la volonté de Dieu, en 49 arrière-fils, 24 arrière-arrière-petit-fils, 5 arrière fils par adoption et 1 arrière-arrière-petit-fils par adoption. Rentrée aux Etats-Unis d’Amérique le 16 Décembre 1996, la famille Duvra élit domicile à Orlando, et y vit jusqu’à ce jour. Mais le destin l’ordonne et malheureusement Célimène Duvra devra mourir en Janvier, 2001.

Lebien Duvra connaissait tous les cycles de développement de l’enfance, en attestait déjà ses mouvements dans son sac amniotique, jadis. Comme tout jeune garçon de l’époque, Lebien était vigoureux, énergique et beau de corps. Lebien Duvra fut né Catholique et pratiqua sa foi jusqu’en l’année 1948 où à l’âge de 25 ans, il se convertit en Adventiste du 7ème Jour.  Lebien a déclaré : « devenu Adventiste du 7ème Jour a changé ma vie à tous points de vue, spirituellement et matériellement. » 

A l’âge de 91 ans, Lebien peut encore lire sa bible, son questionnaire de L’Ecole du Sabbat ; il peut encore chanter dans son recueil d’hymnes et louanges sans porter des lunettes. C’est son souhait de rester membre de cette institution jusque, appelé par Dieu, consumé dans son feu du désir d’être un témoin du retour de Jésus-Christ qui le prendra et avec qui il s’en ira, heureusement. 
Lebien Duvra : un monument à Beracah II French (Orlando). Un homme très de bien : Lebien Duvra.    

Limoné A. Joseph  avec la collaboration d’Obed Julien et Jean-Claude Joseph.